Élisa Lemonnier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemonnier.

Élisa Lemonnier née Marie-Julienne-Elisa Grimailh à Sorèze le et morte à Paris le , est une éducatrice française, considérée comme la fondatrice de l’enseignement professionnel pour les femmes.

Biographie

Elisa Grimaihl est très jeune orpheline de père. Elle est élevée par sa mère et sa grand-mère. C'est dans les salons de François Ferlus, directeur du collège de Sorèze, qu’elle rencontre Charles Lemonnier, professeur de philosophie et adepte des idées saint-simoniennes. Elle l’épouse en 1831. Après une brève séparation, Charles, ayant rejoint Prosper Enfantin et ses apôtres à Ménilmontant, ils se retrouvent à Sorèze où Charles est engagé comme professeur à l’École. Ils sont hébergés chez Jacques Rességuier et ils sont d’actifs militants de l’Église saint-simonienne du Midi. Ils quittent Sorèze peu avant la mort de Raymond Ferlus et la vente de l’École. La famille réside à Bordeaux où Charles devient avocat. Puis Charles Lemonnier devient responsable à Paris du contentieux des Chemins de Fer du Nord.

Les troubles qui agitent Paris pendant la Révolution de 1848 montrent la misère et le dénuement des femmes. Élisa Lemonnier organise un ouvroir pour procurer quelques ressources aux femmes démunies.

Consternée par la maladresse de ces ouvrières, elle conçoit le projet de donner un véritable enseignement professionnel à des jeunes filles afin de leur permettre de gagner leur vie.

La militante

En 1856, est créée la Société de protection maternelle qui devient en mai 1862 la Société pour l’enseignement professionnel des femmes.

Elisa Lemonnier loue un atelier et ouvre le 1er octobre 1862 rue de la Perle à Paris la première école professionnelle pour jeunes filles. Cette école rencontre un rapide succès : elle compte 80 élèves dès la seconde année. Les locaux sont trop petits et l’on est obligé d'en trouver de plus vastes rue du Val Couture Sainte-Catherine. Puis deux autres écoles s’ouvrent : une rue Volta et une rue de Rochechouart. Ce sont environ 500 jeunes filles qui suivent l’enseignement des écoles Lemonnier. Les élèves sont issues de la petite bourgeoisie et de la classe ouvrière aisée car l’école est payante.

Hommages

Il existe depuis 1884 une rue Élisa-Lemonnier dans le 12e arrondissement de Paris. Il existe aussi dans le même arrondissement un lycée technique Élisa-Lemonnier dédié aux métiers de la coiffure, de la mode, et de la beauté, situé 20 avenue Armand ROUSSEAU.

Sources

  • Madame Élisa Lemonnier, nouveau dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, Ferdinand Buisson 1911[1].
  • Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), réédition préparée par Florence Bourillon et Jean-Luc Pinol) L'Harmattan, 1997[2]
  • En cèrca d'Elisa René et Pierre Ramond Éditeur IEO Tarn 2001.
  • Elisa, une Saint-simonienne au siècle des Ferlus René et Pierre Ramond Éditeur Anne-Marie Denis (Médaille de Vermeil des Jeux Floraux 2010).

Notes