Guillaume Henry (styliste)

Ne pas confondre avec l'écrivain, historien du cheval, Guillaume Henry
Guillaume Henry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Guillaume Henry est un styliste français né en 1978 à Chaumont. Il est principalement reconnu pour ses activités chez la marque de prêt-à-porter Carven entre 2009 et 2014.

Biographie

Guillaume Henry, troisième fils d'un père employé de banque et d'une mère enseignante, né à Chaumont[1] en 1978, et grandi à Humes en Haute-Marne[2]. À neuf ans, il dit déjà vouloir être styliste[3], et reçoit, de ses parents, sa première machine à coudre à douze ans, ainsi que son premier mannequin de bois à quatorze[1]. Il s'installe à Paris dans les années 1990[4].

Il suit des études un an aux Beaux-Arts à Troyes[5], puis à Duperré[3],[4], et à l’Institut français de la mode. Il décide à 21 ans de se lancer sous son propre nom dans le prêt-à-porter[6]. Le succès n'est pas au rendez vous[7] et il précise qu'il a alors « dû laisser tomber après trois saisons[6]. » . Il entre comme stagiaire[3]et travaille trois ans pour la marque Givenchy, puis de nouveau trois autres pour Paule Ka[8].

Carven

Guillaume Henry, alors âgé de 30 ans, intègre la Maison Carven en 2009. « Que des robes, plus de couture[3] » dira-t-il de la Maison à la suite de son travail chez Paule Ka.

Article détaillé : Carven.

Dès sa première collection, il se fait remarquer[6] par les médias[9] et « relance[10] » la marque ; il « réussi non seulement à ressusciter l’esprit de la marque mais à la porter aux premiers rangs de la mode, en faisant de Carven une des griffes les plus en vogue du moment[11]. » Bien que styliste de prêt-à-porter, il conserve l'ancien atelier de haute couture de la marque afin d'élaborer ses créations.

Affublé de diverses dénominations par la presse, il devient « le Petit Nicolas de la mode[2] », le « nouvel enfant chéri de la mode française[10] », « la coqueluche des rédactrices de mode[12] » ou le « chouchou[9],[13] ».

Il obtient un succès d'estime[6], ainsi qu'un succès commercial pour Carven, et la large reconnaissance des médias. De plus, Guillaume Henry est soutenu par Anna Wintour, et l'édition américaine de Vogue du mois septembre 2012 le cite comme l'une des 120 personnes les plus influentes de la mode[14],[15].

Refusant la mode conceptuelle[N 1],, préférant les traditionnelles robes, une constante pour le créateur[12], ou chemisiers[6], il présente depuis plusieurs saisons une mode qualifiée de « féminine[17] » à la « silhouette épurée[12] ».

Après s'être occupé du prêt-à-porter féminin, il prend en charge la gamme pour homme, et présente sa première collection masculine « été 2013 » à Florence[18] en 2012[16], jour qu'il décrit comme le « plus beau jour de [s]a vie professionnelle[2] ». Au total, il s'occupe de six collections par an[N 2] jusqu'en septembre 2014 où il quitte la marque[19],[20].

Nina Ricci

Guillaume Henry est nommé directeur de création chez Nina Ricci en octobre 2014. Il quitte la maison de couture en mars 2018[21].

Jean Patou

Guillaume Henry est chargé en septembre 2018 de relancer la griffe Jean Patou mise en sommeil en 1987 après son rachat par le groupe LVMH - Moët Hennessy Louis Vuitton[22].

Notes et références

Notes de contenu

  1. Guillaume Henry précise à ce sujet : « l’art est cérébral. Quand je fais un vêtement, je réfléchis, bien sûr. Mais le résultat, c’est une belle pièce dans laquelle on se sent bien, pas un dogme[6]. » Il ajoute : « je n'aime pas les silhouettes porte-drapeaux, j'ai le souci de la portabilité. Je n'oublie jamais le consommateur[16]. »
  2. Deux collections pour homme, et quatre collections pour femme[4].

Références

  1. a et b Véronique Lorelle, « L'idole du prêt-à-porter », Le Monde,‎ , p. 3 (ISSN 0395-2037)
  2. a b et c Katell Pouliquen, « Guillaume Henry, le Petit Nicolas de la mode », L'Express Styles, no 3194,‎ , p. 68 à 71 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)
  3. a b c et d Valeria Costa-Kostritsky, « Guillaume Henry », Mode, sur vice.com, Vice (magazine), (consulté le 4 janvier 2013) : « À 9 ans, je me rappelle avoir dit en classe que je voulais être styliste, dessiner des vêtements. »
  4. a b et c Lauren Bastide, « Une journée avec Guillaume Henry », Elle, no 3492,‎ , p. 192 (ISSN 0013-6298, lire en ligne)
  5. Katell Pouliquen, « Une boutique Carven à Paris », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 4 janvier 2013)
  6. a b c d e et f Elvire von Bardeleben, « Carven, le chic démocratique », Mode, sur next.liberation.fr, Libération, (consulté le 3 décembre 2012)
  7. Géraldine Dormoy, « Profil créateur : Guillaume Henry pour Carven », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 4 janvier 2013)
  8. Claire Mabrut, « Guillaume Henry rhabille Carven », Interview, sur madame.lefigaro.fr, Le Figaro Madame, (consulté le 4 janvier 2013)
  9. a et b Lisa Jouvin, Caroline Lapère, « Rencontre avec Guillaume Henry de Carven », Mode, sur lofficielmode.com, Éditions Jalou, (consulté le 5 janvier 2013)
  10. a et b Valérie Leboucq, « « Fashion week », le business avant le glamour », Mode, sur archives.lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 2 décembre 2012)
  11. Jennifer Neyt, « Carven ouvre sa première boutique à Paris », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast, (consulté le 2 décembre 2012)
  12. a b et c Géraldine Dormoy, « Carven habille les exploratrices d'aujourd'hui », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 4 janvier 2013)
  13. Sophie Gachet, « Marques françaises : actes de renaissance », Elle, no 3490,‎ , p. 165 à 168 (ISSN 0013-6298)
    « Ou chez Carven, dont le directeur artistique Guillaume Henry est devenu le chouchou de toutes les jeunes Parisiennes […] »
  14. Katell Pouliquen, « Anna Wintour, le dieu de la mode est une femme », L'Express Styles, no 3201,‎ , p. 126 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)
  15. (en) « The Vogue 120 », Vogue,‎ , p. 846 (ISSN 0042-8000)
    « Guillaume Henry. Until this 33-year-old newcomer took the reins, Carven's youthful Parisian esprit had lain dormant for half a century. »
  16. a et b Gilles Denis, « Guillaume Henry fait le mâle », Série Limitée, sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 2 décembre 2012)
  17. Mathilde Gardin, Patrick Vignal, « Mode: rigueur et opulence chez Carven », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 3 décembre 2012)
  18. Marta Represa, « Guillaume Henry séduit l'Italie au Pitti Uomo », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 4 janvier 2013)
  19. « Guillaume Henry quitte Carven », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 30 septembre 2014)
  20. Anne-Sophie Mallard, « Guillaume Henry quitte Carven », Mode, sur vogue.fr, Vogue Paris, (consulté le 30 septembre 2014)
  21. Justine Feutry, « Nina Ricci : Guillaume Henry quitte la maison française », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  22. Hélène Guillaume, « Rencontre avec Guillaume Henry, le créateur qui va faire renaître Jean Patou », Le Figaro,‎ , p. 35 (lire en ligne)

Lien externe