Jacques Zwobada

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Zwoboda.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Svoboda.

Jacques Zwobada ou Jacques Zwoboda (1900-1967), sculpteur et dessinateur français.

Jacques Zwobada est né à Neuilly-sur-Seine le 6 août 1900 et il est mort à Paris en 1967.

Doué pour le dessin, il devient élève à l'école des Beaux-Arts de 1918 à 1924.

Très marqué par l'influence de Rodin, sa sculpture s'éloignera de l'influence des formes du maître.

En 1925, il obtient la médaille d'or de l'Exposition des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de 1925.

En 1926, Jacques Zwobada est devenu un artiste reconnu qui reçoit sa première commande officielle, pour un monument au musicien André Caplet au Havre.

En 1928, il décroche le second Grand Prix de Rome.

En 1929, il reçoit avec le sculpteur René Letourneur, le Premier prix du concours international pour le monument de Bolivar à Quito en Équateur. Le jury était présidé par Maillol.
Zwobada et Letourneur mettront quatre ans à exécuter ce monument colossal à sa grandeur réelle dans les ateliers qu'ils ont installés à Fontenay-aux-Roses. Zwobada travaillera à Fontenay sa vie durant.

En 1934, il est nommé professeur à l'École des Arts Appliqués de Paris. Il occupera ce poste jusqu'en 1962.

A partir de 1935, il Commence à exécuter de nombreux bustes.

En 1944, il est chargé de cours à l'École Normale Supérieure de l'Enseignement Technique.

En 1948, il épouse Antonia Fiermonte, qui vient de divorcer de René Letourneur. Il entretient une passion amoureuse pour Antonia Fiermonte qui se traduira dans l'œuvre par la glorification du corps de la femme aimée.

La même année, il s'envole vers le Vénézuela. Il est détaché par le Ministère des Affaires Étrangères comme professeur à l'École des Beaux-Arts de Caracas et conseiller artistique du gouvernement vénézuélien. Zwobada reçoit, en 1948, le Grand Prix de Sculpture du Salon annuel de Caracas. Il restera en Amérique du Sud jusqu'en 1950.

Le 3 avril 1956, sa femme, Antonia, meurt. Zwobada décide de lui élever dans le cimetière de Mentana, près de Rome, un monument funéraire que dessinera son ami l'architecte Paul Herbé.[1]

En 1962, il est nommé professeur correcteur à l'École des Beaux Arts.
Il est fait Chevalier des Arts et lettres.

En 1963, Il reçoit la Légion d'honneur.
La même année, il exécute trois tapisseries aux Ateliers Pinton à Aubusson.

Le 6 septembre 1967, Jacques Zwobada meurt à Paris. Il est enterré près de sa femme dans le monument funéraire de Mentana en Italie.

Parmi ses œuvres monumentales, il réalisa celles qui ornent encore la Faculté des lettres de Rennes, une mosaïque du paquebot France, le monument à Simon Bolivar, des dessins au fusain dans les ateliers d'Aubusson. Il illustrera également de dessins, les poèmes de Baudelaire en 25 lithographies pour les 25 poèmes des " Fleurs du Mal ", ainsi que de dix dessins " L'après-midi d'un faune " de Mallarmé[2]

Biliographie

  • Jacques Zwobada, Éditions du Musée Rodin, Paris, 1969 ;
  • Exposition ; Rétrospective du sculpteur jacques Zwoboda 1900-1967, magazine Connaissance des Arts de novembre 2004 ;
  • Bernard Vasseur, Jacques Zwobada - L'œuvre dessiné, Éditions Cercle d'Art, Paris : 2008

Liens externes

Sources