Marcel Chassard

Marcel Chassard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

Paris
Décès
(à 90 ans)
Paris
Nom de naissance
Marcel René Chassard
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par

Marcel René Chassard est un artiste peintre et lithographe figuratif français né le 29 juin 1907 à Paris. Également dessinateur d'ex-libris, il vécut au 54, rue Cambronne dans le 15e arrondissement de Paris. Il est mort à Paris le 17 octobre 1997. Il signait ses toiles en lettres capitales, M.R.CHASSARD, assorties de son empreinte digitale.

Biographie

Marcel Chassard naït impasse du Rouet dans le 14e arrondissement de Paris. André Flament restitue « une enfance sans histoires et dont il n'y aurait rien à dire si ce n'est qu'elle fut tout entière tendue vers le dessin et la peinture ». Il décide de consacrer sa vie à cette vocation lorsqu'à l'âge de treize ans, en 1920, il obtient la plus haute récompense du concours de dessin qu'ouvre la ville de Paris aux meilleurs élèves de toutes les écoles communales. Il entre ainsi en 1921 à l'École des arts appliqués Germaine-Pilon où il a pour maître Robert Wlérick[1].

Œuvres

Portraits

Fresques murales

  • Péristyle de Lou Souléou Pergola, Cannes, 1973.

Expositions personnelles

  • Galerie du Vieux-Colombier, Paris, 1947.
  • Galerie Durand-Ruel, Paris, 1950, 1952.
  • Claude Robert, commissaire-priseur à Paris, Vente de l'atelier Marcel Chassard, Hôtel Drouot, Paris, 2 novembre 1987[3].
  • Galerie Everarts, 8, rue d'Argenson, Paris, avril 1991[4].

Expositions collectives

Réception critique

  • « Il cherche légitimement à exprimer, sans platitude, la simplicité de ses réflexes de plasticien devant les splendeurs de la vie. C'est le chemin difficile. Il a conduit d'ores et déjà Marcel Chassard à des réussites singulières, et à signer notamment de remarquable nus. » - Bernard Dorival[7].
  • « Homme libre, peintre dégagé de toute influence et de toute emprise, il va droit son chemin, sans se soucier du chemin des autres... C'est un homme tout simple, affable, souriant, appréciant les choses à leur juste mesure et qui, ayant décidé d'être peintre, accomplit sa carrière comme l'artisan de jadis réalisait, sans même s'en rendre compte, son œuvre quotidienne et, parfois, son chef-d'œuvre. » - André Flament[1]
  • « Marcel Chassard crée, c'est à dire que prenant un être, un paysage, un objet, tout en restant absolument fidèle à la réalité concrète, il sait la sublimer, la transposer, par son talent et son travail la faire accéder au niveau de l'art, présenter leur vérité authentique et souvent morale. C'est un art de jeunesse : tout en s'élevant au niveau du beau, du parfait, donc de l'éternel, Marcel Chassard laisse à l'œuvre une inéluctable spontanéité. C'est aussi un art de la couleur. La gamme de Marcel Chassard, avec les bleus royaux subtils, allie d'une manière étonnante la douceur et la force, la singularité et la magnificence, animant encore la vitalité du sujet que la qualité du stylisme structure déjà avec beaucoup de rigueur et de vigueur. » - Bernard Leroux[4]
  • « Une figuration qui dans ses meilleurs moments fait peser à celle de Camille Hilaire, tout entière consacrée à la nature et à l'éternel féminin. » - Gérald Schurr[8]
  • « À juste titre, il se réfère à Camille Hilaire, usant aussi d'un dessin inspiré du post-cubisme, traitant un peu les mêmes thèmes "grand-public" : nus pulpeux ou provocants, sous-bois verdoyants accueillants, fleurs capiteuses et natures mortes d'objets rares et précieux. Audace qque lui permettent auprès de son public ses thèmes de plaisir, il ose tous les heurts des couleurs les plus crues. » - Dictionnaire Bénézit[6]

Prix et distinctions

  • Grand prix de dessin de la ville de Paris, 1920.
  • Médaille d'argent du Grand Prix de Deauville, 1950.
  • Médaille d'or, Grand Prix de peinture de la ville de Nice, 1971.
  • Grand Prix de peinture du Salon de Moret-sur-Loing, 1974.
  • Médaille d'or du Salon Léonard-de-Vinci, Paris, 1984.
  • Médaille d'argent de la ville de Paris, 1985.
  • Médaille d'or de la Fondation Ricard, Strasbourg, 1985.

Musées et collections publiques

Collections privées

Références

  1. a b c et d André Flament, Chassard, Éditions de l'Archipel, 1973.
  2. Bernard Leroux, Marcel Chassard : l'enfance heureuse, in Catalogue de la vente de l'atelier Marcel Chassard, Claude Robert, Paris, page 19.
  3. La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°37, vendredi 23 octobre 1987, page 12.
  4. a et b Bernard Leroux, Chassard, Éditions de la galerie Everarts, 1991.
  5. Ouvrage collectif, Un siècle d'art moderne - L'Histoire du Salon des indépendants, Denoël, 1984.
  6. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 3, pages 521-522.
  7. Bernard Dorival, Les Nouvelles littéraires, 1947.
  8. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, page 248.
  9. Kahn-Dumousset, commissaires-priseurs à Paris, Catalogue de la collection Jean Jansem, 30 juin 2015.

Bibliographie

  • André Flament, Chassard (en frontispice, portrait de Marcel Chassard par Jean Jansem), Éditions de l'Archipel, 1973.
  • André Flament, « Chassard ou la géométrie des nuances », Chronique des arts, n°15, 1974.
  • Jean Cassou, Pierre Courthion, Bernard Dorival, Jacques Duby, Serge Fauchereau, René Huyghe, Jean Leymarie, Jean Monneret, André Parinaud, Pierre Roumeguère et Michel Seuphor, Un siècle d'art moderne - L'histoire du Salon des Indépendants, Denoël, 1984.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, 5, avenue d'Eylau, Paris, Catalogue de la vente de l'atelier Marcel Chassard, Paris, 2 novembre 1991.
  • Bernard Leroux, Chassard, Éditions de la galerie Everarts, Paris, 1991.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Manfred Neureiter, Lexikon der Exlibriskünstler, Pro Business Gmbh, Berlin, 2016.