Musée d'Art naïf et d'Arts singuliers de Laval

Musée d'Art naïf et d'Arts singuliers
Informations générales
Site web
Collections
Collections
Art naïf, antiquités, préhistoire, arts décoratifs, ethnologie, histoire...
Bâtiment
Article dédié
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Mayenne
voir sur la carte de Mayenne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Laval
voir sur la carte de Laval
Red pog.svg

Le musée du Vieux-Château[1] est un musée municipal de Laval, en Mayenne. Il est situé dans le château médiéval qui surplombe la vieille-ville. Il possède des collections variées, allant de la peinture académique à l'archéologie et l'histoire locale, mais les expositions permanentes concernent principalement le fonds d'art naïf, et l'institution est généralement connue auprès des visiteurs sous le nom de musée d'art naïf[2]. Le musée a d'abord été consacré aux Beaux-Arts classiques avant de se spécialiser dans les années 1960, notamment parce que le Douanier Rousseau et quelques autres peintres appartenant à ce courant sont natifs de Laval.

Histoire

Les collections du musée sont rassemblées à partir du XIXe siècle, avec des fonds archéologiques et scientifiques de provenances diverses. En 1836, le maire de Laval lance une collecte d'œuvres d'art pour décorer l'hôtel de ville. Des dépôts du musée du Louvre sont ensuite effectués pour le département de la Mayenne, mais les fonds ainsi amassés ne peuvent pas être présentés au public car ils sont dispersés et il n'y a pas de vrai musée à Laval. L'achat du jardin de la Perrine et de son manoir puis la construction du futur musée des Sciences à la fin du XIXe siècle permettent de résoudre le problème. Le château est ouvert au public à partir des années 1920, mais les collections artistiques restent à la Perrine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les œuvres sont mises en caisse et n'ont plus réintégré d'expositions permanentes depuis[3].

Le musée actuel est créé dans le château fin 1966 et ouvre ses portes en 1967. Il voit le jour grâce à un legs de Jules Lefranc, peintre naïf lavallois, puis grâce à de nombreux achats et des donations privées. Le musée est alors le premier en France à se consacrer à l'art naïf, proposant ainsi une première reconnaissance officielle du mouvement. Néanmoins, l'institution ne parvient à acquérir que deux toiles du Douanier Rousseau, et son nom primitif, « Musée Henri Rousseau », est abandonné[4].

Depuis, le musée a complété ses collections et s'est étendu à d'autres mouvements artistiques, comme l'art singulier[4].

Collections

Exposition permanente d'art naïf

Le musée est spécialisé en art naïf et possède trois toiles d'Henri Rousseau. En outre, il expose principalement des œuvres d'artistes naïfs de première génération, c'est-à-dire nés dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les collections naïves sont réparties dans plusieurs salles thématiques. La salle d'entrée présente des vues de Laval réalisées par Henri Trouillard et Fernand Lefresne ainsi que les acquisitions récentes. La salle des Primitifs modernes contient les œuvres du Douanier Rousseau et des premiers peintres naïfs, André Bauchant, Camille Bombois, Jean-Joseph Sanfourche, Louis Gerbaud[5], Louis Vivin et Séraphine de Senlis. La salle des continuateurs présente des tableaux de Dominique Lagru, Henri Trouillard ou encore de Lucien Le Guern. La salle Lefranc expose les œuvres de Jules Lefranc, qui a permis la naissance du musée grâce à ses dons, ainsi que celles d'Eva Lallemant, sa protégée. Le musée compte aussi une salle consacrée aux artistes naïfs yougoslave, et possède aussi des tableaux de peintre brésiliens et mexicains. Enfin, une salle est consacrée à l'art singulier, courant apparu dans les années 1970.

Exposition permanente historique

En dehors des salles d'exposition d'art naïf, plusieurs salles du château sont ouvertes à la visite, notamment la grande salle voûtée en bois, la chapelle et le donjon. Elles sont décorées d'œuvres issues de la collection consacrée aux Beaux-Arts, dont l'essentiel est gardé en réserve. Les œuvres conservées incluent des gravures et des dessins anciens de Laval et des tableaux académiques du XIXe siècle, Le Drapeau de Georges Moreau de Tours, des paysages de Félix Brissot de Warville, des toiles, dessins, pastels et cartons de vitraux du peintre Ludovic Alleaume.

Le musée présente aussi la trousse de trépanation d'Ambroise Paré, natif de Laval, plusieurs statues médiévales ainsi que divers objets religieux, comme des ciboires, des crucifix et la châsse de Saint Tugdual. Dans la chapelle, on peut aussi voir le sarcophage en plomb d'Anne d'Alègre.

Collections en réserve

Le musée possède plusieurs riches collections qui ne sont pas présentées au public, sauf lors d'éventuelles expositions temporaires. Ces collections incluent un fonds de peinture académique principalement composé d'œuvres d'artistes locaux ou mineurs, comme Charles Landelle, Auguste Anastasi et Guillaume Fouace. Il comprend aussi une série de portraits de notables et des illustrations de Léopold Lelée.

La collection d'arts décoratifs comprend des artefacts locaux, comme des céramiques, des objets de culte, de l'orfèvrerie, du mobilier, des vêtements et des objets en verre. Cette collection regroupe aussi les fonds ethnologiques africains (armes et instruments de musique), asiatiques (livres, estampes, objets usuels et décoratifs, armes, céramiques...), et amérindiens (céramiques).

Expositions temporaires

Le musée organise une à deux expositions temporaires par an, il participe aussi à la Nuit des Musées et aux Journées du Patrimoine.

Notes et références

  1. Appellation utilisée par le Répertoire des musées français du ministère de la Culture.
  2. Appellation utilisée par exemple par l'Office du tourisme de Laval.
  3. « Répertoire des Musées français, Musée du Vieux-Château », Ministère de la Culture
  4. a et b « Musée d'Art naïf du Vieux-Château, Collections permanentes, Dossier pédagogique », Musée du Vieux-Château
  5. [1]

Voir aussi