Sofie Kremen

Sofie Kremen est pianiste, artiste auteur-compositeur-interprète arrangeur, et actrice.

Elle est née le 1er octobre 1960, de parents suédois et russe.

Son enfance et le piano : une histoire d'amour avec les grands compositeurs et l’étude

Sofie Kremen est l'une des petites-filles du peintre Pinchus Krémègne.

Elle grandit à Paris dans une atmosphère très éclectique où se retrouvent musiciens, peintres et amateurs de films cinématographiques. Son père, Fred Kremen était exportateur de films français.

Dès l'âge de 4 ans, elle assiste à des après-midis musicales dans les salons de Mademoiselle Suzanne Guebels (dont la répétitrice fut Marguerite Long). Elle manifeste un grand intérêt pour la musique que son père, grand amateur de Jazz et de musique classique, lui avait insufflé dès le berceau, au travers des voix de Ella Fitzgerald, Joao Gilberto et Nat King Cole, pour ne citer qu'eux.

Elle commence à composer dès ses premiers cours de piano, vers l'âge de 5 ans en proposant une petite pièce à son professeur d'alors, Paquerette Steinman (conseillée par Suzanne Guebels) et qui s'intitule "Les Vagues". Il s'agit d'une suite chromatique qu'elle oppose à La Tartine de beurre de Wolfgang Amadeus Mozart , et non sans façons.

À l'âge de 10 ans elle est inscrite à l'École normale de musique de Paris mais n'y reste que peu de temps, son goût immodéré pour la liberté du son l'accompagnant sans cesse dans sa quête musicale. Elle explore alors d'autres inspirations, horizons, plus variés et sans la contrainte de l'académisme qu'elle redoute.

À la fin des années 60, un concert exceptionnel de Duke Ellington accompagné de Alice Babs et des Swingle Singers donné à la cathédrale Notre-Dame de Paris, puis au début des années 70 un autre concert de Arthur Rubinstein au Palais des congrèsà Paris, la confortent dans son choix de libre expression musicale.

Malgré son ambition de devenir d'abord archéologue, puis avocat et enfin neurochirurgien, le piano la retient mais l'emmène vers le vrai sens de sa recherche musicale.

À 12 ans, elle compose un petit Concerto en Sol mineur et à partir de ce point là, elle commence à composer des musiques de tous les styles: jazz, bossa nova, boogie-woogie, ragtime, ballades, etc... Bien plus tard, en discutant longuement et souvent avec Serge Gainsbourg elle se sentira moins seule dans sa conquête de l'art Majeur dans l'Art mineur.

Elle donne son premier récital à la cathédrale américaine de Paris le 31 mai 1973, avec d'autres élèves de sa classe de piano, animée par Sheila Aldendorff, pianiste alors pédagogue à Paris et qui fut professeur au Manne College de New York.

Tout au long des années 60 et 70, elle bénéficie de différentes approches du piano classique par l'intermédiaire des meilleurs professeurs de toutes les origines (Paquerette Steinman, Gait Sirguey, Sheila Aldendorff, P.L Isaacsskon ) et finit dans un premier temps son cursus d'études musicales à la Schola Cantorum de Paris, dans la classe de piano de Gisèle Kühn et où elle prépare un Baccalauréat A6 bis. Pendant ces trois années, elle rencontrera Frédéric Fajardie et Pascal Dibie tout deux encore jeunes professeurs d'histoire-géographie.

Sur son parcours d'études, Sofie Kremen étudie particulièrement Johann Sebastian Bach , Claude Debussy, Frédéric Chopin, Edward Grieg, Wolfgang Amadeus Mozart, Jean Sibelius et Christian Sinding ainsi que Serge Rachmaninoff et bien d'autres encore...

Mais son affection pour l'harmonie demeure toujours insatiable et elle se tourne vers une recherche plus affinée par le biais de l'ethnomusicologie.

Puis elle finit ses études de musique à l’École nouvelle des Arts avec pour professeur : Jean-Louis Percot (professeur de musicologie, histoire de l'art, fugue et contre-point, ethnomusicologie et électroacoustique, - lui-même élève de Olivier Messiaen et alors chef de recherches en ethnomusicologie auprès du Musée de l'Homme à Paris. ainsi que Jean-Louis Florentz également élève de Olivier Messiaen, qui fut son dernier professeur de piano, et qui organisait régulièrement des soirées récitals en présence de Claudio Abbado .

Du hasard et l'accomplissement

Alors qu'elle s'apprête à se consacrer à de plus hautes études d'électroacoustique avec pour objectif de devenir ingénieur du son, Sofie Kremen, qui avait pris goût dès son plus jeune aux récitals et aux salles de concerts dans le cadre de ses études de piano, se présente à une audition libre dans le petit studio des bureaux de la maison Disques Barclay, à laquelle elle participe sans aucun autre but que de faire partager des chansons dont est elle auteur-compositeur-interprète, et qu'elle chante en s'accompagnant du piano, en français et en anglais. Toutes ces chansons avaient été composées à la fin de son adolescence et donneront suite à une longue nouvelle série, au sortir de cette audition. Elle signe son premier contrat phonographique en février 1978 avec les Disques Barclay / Éditions Barclay-Morris-Polygram.

Dès ses débuts, son imprégnation quasi involontaire du désir d'authenticité lui dictera un grand désir de participer ardemment aux arrangements, aux choix des musiciens en favorisant les instruments acoustiques et à la réalisation des pochettes, de même qu'elle veillera aux choix des couleurs et typologies utilisées pour la conception des pochettes de ses disques. De plus, ses apparitions lors des émissions de TV ou sur scènes, ne seront qu'en direct, pour la plupart, car elle se refusera le plus possible d'utiliser l'interprétation dite en playback complet.

Discographie

  • 1979 : 45 T , “Ça va mal dans ma tête”

Paroles et Musique: Sofie Kremen.
Arrangements :Michel Bernholc, (avec la complicité de Gilbert Montagné aux claviers).
Enregistrement : Studio Barclay-Hoche / Mick Lanaro Ingénieur du son.
Mixage : Didier Lize, Studio Delphine.
Gravure : Bernard Estardy CBE.
Cover : Alain Marouani.


  • 1981 : 45 T , “Caviar à Enghien”

Musique : Sofie Kremen , avec la collaboration de Boris Bergman /paroles).
Arrangements : Gérard Bikialo .
Enregistrement et Mixage : Studio du Palais des Congrès / Mick Lanaro Ingénieur du son, assisté de Bernard Moulinié .
Gravure : Bernard Estardy CBE.
Cover : K. Miyata .


  • 1982 : LP , “Patience pour Passion” dont le titre phare “Noix de Coco” en fut extrait en 45T.

Paroles et Musique : Sofie Kremen.
(On note ici l'élégante apparition de Gérard Blanchard sur le titre Mets la Sourdine )
Arrangements : Gérard Bikialo .
Enregistrement et mixage : Claude Martenot, Studio 92.
Gravure : Bernard Estardy CBE.
Cover : Jean-Baptiste Mondino.


  • 1983 : “Femme folle de toi”

Paroles et musique, Arrangements et Direction musicale : Sofie Kremen.
(avec la collaboration des Gibson Brothers).
Enregistrement et Mixage : Studio Montmartre.
Remix et Gravure : Bernard Estardy CBE
Cover : Alain Marouani.


  • 1984 : “Personne ne m'a aimé comme tu le fais”

Paroles et Musiques, arrangements : Sofie Kremen.
Disques Carrère .
Cover : Léonard de Remy, Gamma.


  • En 1985, signe un nouveau contrat avec la maison de disques WEA / Éditions Polygram, et sort en 1986 son dernier disque:

“Honeysun” Paroles et musique : Sofie Kremen.
Arrangements : Sofie Kremen en collaboration avec Carolin Petit.
Enregistrement et Mixage : Digital Studio plus Trente.
Prise de son : Didier Lozahic .
Mixage et Gravure : Didier Lozahic et Claude Sahakian.
Cover : Carole Bellaiche .

Ce dernier disque a la particularité d'avoir été l'un des derniers disques vinyle enregistré en numérique. On y retrouve, entre autres excellents musiciens, Manu Katché dont l'active participation lui valut de co-signer les arrangements avec Sofie Kremen sur la Face A, pour le titre Honeysun. Le dernier titre enregistré par Sofie Kremen fut Nuits Blanches, la face B de Honeysun, pour lequel elle aura fait les paroles, la musique, les arrangements et une partie du travail du mixage. Avec ce dernier disque, également enregistré en version longue 7" elle finira son premier parcours musical publique pour ne se consacrer qu'à son deuxième amour : celui de ses enfants.

Autres participations

Parallèlement à ses cours de piano, Sofie Kremen a suivi des cours d'expression corporelle et de mime avec les "Frères Small" ( élèves du Mime Marceau), des cours de théâtre au cours Ada Lonati et au Cours Préparatoire du Centre d'Art Dramatique de la rue Blanche, avec Jean Périmony. (1970 à 1978)
Elle fréquentera également L'école supérieure des arts appliqués Duperré.

En 1981, Sofie Kremen a par ailleurs interprété la bande originale du film l'Année prochaine... si tout va bien réalisé par Jean-Loup Hubert, avec Isabelle Adjani et Thierry Lhermitte dans les rôles principaux et dont la musique fut composée par Vladimir Cosma, Disques Barclay.

En 1982, elle participe à "La Nuit des César du cinéma" au Grand Rex à Paris, à la demande de Georges Cravenne, pour y interpréter l'un des titres de son album Patience pour Passion, intitulé La Vie est un Grand Cinéma (paroles et musique : Bettina Corradini).

En 1988, elle interprète en qualité d'actrice, le rôle de Ruby dans Le Funiculaire des Anges, téléfilm des productions TF1 / Pierre Grimblat, dans la collection Série Noire, présentée par Victor Lanoux.

Depuis, Sofie Kremen a écrit et écrit toujours des pièces instrumentales et des textes, ainsi que des romans et des nouvelles.

Liens externes