Tissage


Femme indienne tissant avec un métier à tisser manuel.

Le tissage est un procédé de production de textile dans laquelle deux ensembles distincts de filés ou fils sont entrelacés à angle droit pour former un tissu. Les autres méthodes sont le tricot, la dentelle et le feutrage. Les fils verticaux sont appelés fils de chaîne et les fils horizontaux sont les fils de trame ou de remplissage. La méthode par laquelle ces fils sont tissés ensemble influe sur les caractéristiques de la toile[1].

Le tissu est généralement tissé sur un métier, un dispositif tient les fils de chaîne en place tandis que les fils de trame sont tissés à travers eux. Une pièce de tissu qui répond à cette définition (des fils de chaîne avec un fil de trame s'insérant entre eux) peut également être effectuée en utilisant d'autres méthodes, y compris le tissage aux tablettes, la rubanerie ou d'autres techniques sans métiers[2].

La façon dont les fils de chaîne et de trame s'entrecroisent les uns avec les autres est appelé l'armure. La majorité des produits tissés sont créés avec l'une des trois armures de base: toile, satin ou sergé[3]. La toile tissée peut être unie (en une seule couleur ou un motif simple), ou peut être tissée avec des motifs décoratifs ou artistiques.

Procédés et terminologie

Article détaillé : Métier à tisser.

En général, le tissage implique l'utilisation d'un métier à tisser pour entrelacer deux ensembles de fils perpendiculairement: la chaîne qui s'étend longitudinalement et la trame qui la traverse. Les fils de chaîne sont tendus et parallèles les uns aux autres, généralement sur un métier à tisser. Il existe de nombreux types de métiers à tisser[4].

Dans la culture

Le thème du tissage apparaît dans la culture gréco-romaine. Dans la mythologie grecque, l'art du tissage est employé dans plusieurs mythes. Procné, enlevée et séquestrée par le roi Térée qui lui coupe la langue pour l'empêcher de révéler ce qu'il lui a fait, parvient à prévenir sa sœur Philomèle en lui adressant un message qu'elle tisse sur un vêtement. Dans l’Odyssée, Pénélope, femme d'Ulysse, est courtisée en l'absence de son mari par de nombreux prétendants, mais elle parvient à gagner du temps en feignant de tisser un suaire pour Laërte, le père d'Ulysse. Chaque jour, elle se montre en train de tisser à son métier, mais, la nuit, à la lueur des torches, elle défait ce qu'elle a fait dans la journée[5]. Les prétendants finissent par découvrir la ruse, mais Ulysse est de retour peu après.

Références

  1. Collier 1974, p. 92
  2. Dooley 1914
  3. Collier 1974, p. 115
  4. Collier 1974, p. 102
  5. Odyssée, II, 89-110.


Bibliographie

Histoire et techniques

Sur le tissage dans la culture

  • Françoise Frontisi-Ducroux, Ouvrages de dames. Ariane, Hélène, Pénélope..., Seuil, 2009.
  • Ionna Papadopoulo-Belmehdi, Le Chant de Pénélope. Poétique du tissage féminin dans l'Odyssée, Belin, coll. « L'Antiquité au présent », 1994, 256 p. (ISBN 270111764X).